Par Emmanuelle Cosserat

Conception

Des talents se rencontrent…
Ils partagent leur « Passion de la création »

Met en lumière des talents
Met en lumières des créateurs
Diffuse des créateurs et ses talents

RASSEMBLER
DIFFUSER
PARTAGER
METTRE EN AVANT-SCENE

Création

Lumière Sur Artistes vous présente ses talents venues d’ici et d’ailleurs.

Où la sculpture et la danse vont se rencontrer.

Où la musique et la photographie vont s’emballer.

Où la peinture va s’enivrer de parfum.

Et les couleurs vont vous ravire…

Réalisation

Organisation d’un et de plusieurs événements à but lucratif, culturel, qui diffusent des artistes et créateurs.

Elle a pour but de promouvoir des œuvres et créations.
Un et des événements itinérants, qui s’exposeront dans différentes capitales.
Lisbonne et Montréal seront les prochaines destinations.

Cet événement vous présente de façon incroyable des talents qui vont se mettre en scène.
Une promotion,
Un Concept pour vos clients.

Événement

Une mise en scène de créateurs rassemblés pour vous,
Une lumière sur un thème, une passion,
C’est un partage…
Venez découvrir photographes, sculpteurs, danseurs, musiciens, parfumeurs,
Donnez à vos cinq sens une découverte étonnante,
Faites partager notre joie et notre passion…

Lumière sur Artistes

Une mise en scène…
Un partage, une danse,
Un incroyable rassemblement,
Un sculpteur rencontre un peintre, la photographie danse un tango…
Le dessin rencontre un saxo
Venez vous enivrer de cette subtile essence…

Donnez vie à vos sens,
Une nouvelle note de musique pour l’été,
Offrez-vous le LUX d’une vive passion !

Corinne Dupeyrat - Dessinatrice

Je dessine des animaux avec un désir de répondre au besoin d’évasion qui est en nous. Je souhaite que le spectateur puisse retrouver “l’animal” qui est en lui : l’animal étant l’inspiration créatrice qui est en chacun, l’âme de la vie.
Avant de commencer un dessin, je fais le vide en moi, je me “connecte” avec le sujet : son âme, son vécu, le symbole qu’il représente. Et je l’idéalise pour révéler son essence propre et lui rendre hommage.
“J’attrape” son énergie vivante pour la libérer sur le papier et l’exposer au spectateur.
Je n’ai pas seulement un crayon au bout des doigts, je caresse un animal. Je sens la texture de ses poils, le velouté, le soyeux…
C’est un travail abstrait au départ qui peu à peu se transforme en de l’hyperréalisme. Je ne dessine pas un oeil ou une oreille, mais des tâches ou zones de couleurs.
Le crayon est un médium particulier car on ne peut pas totalement gommer un trait, il reste toujours une marque ou des traces de pigments sur le papier.
Il faut avoir au préalable parfaitement analysé et sélectionné les couleurs à utiliser car le mélange se fait jusqu’à saturation par superposition : j’obtiens les teintes par transparence directement sur le papier.
C’est une sorte d’illusion : le spectateur se laisse emmener dans un autre univers et ne voit plus que l’animal tel que je le lui révèle, il oublie le support sur lequel je l’ai fixé. A son tour il peut le voir et le sentir comme s’il était là, vivant.

Parcours :

Atelier Préparatoire Hourdé (1988), diplômée de l’Ecole Supérieure des Arts et Techniques en architecture intérieure et éphémère (1992), diplômée de l’Ecole Supérieure d’Arts Graphiques (Atelier Met de Penninghen) en architecture intérieure (1994), obtention du certificat de l’Office Professionnel de Qualification des Architectes d’Intérieur (1997).

Architecte d’intérieur durant 8 ans, Corinne Dupeyrat utilise la technique du dessin au crayon de couleur pour illustrer ses projets. Elle réalise ses premiers portraits d’animaux en 1998, puis décide de s’y consacrer exclusivement fin 2002 et répond depuis à de nombreuses commandes. L’architecture a développé chez l’artiste un goût certain pour la précision et le sens du détail, qualités essentielles pour obtenir ce réalisme vivant qui caractérise les dessins de Corinne Dupeyrat.

Depuis 2006, Corinne Dupeyrat est cotée à Drouot.

Expositions majeures :

2013 :

Society of Wildlife Artists, Londres (GB).
The Horse in Art 2013, Londres (GB).
La Nuit des Amazones – Deauville (14).
Wildlife Artist of the Year – Mall Galleries, Londres (GB).
Le Renouveau de l’art animalier à Paris.
Charles H. Mac Nider Art Museum (USA).
Kenosha Public Museum (USA).
Singletary Center for the Arts, Lexington (USA).

2012 :

The Horse in Art, Londres (GB).
• 52ème exposition annuelle de La Society of Animal Artists, Hiram Blauvelt Art Museum (USA).
Aranima 2012, Espace Beaurepaire à Paris.
Artists for Conservation Festival, Vancouver (Canada).
• Exposition d’art équestre Aranima, Quartier des Célestins de La Garde Républicaine à Paris.
Wildlife Artist of the Year – Mall Galleries, Londres (GB).

2011 :

Arts et Haras, Exposition itinérante.
ArAnimA 2011, Hip Galerie à Paris.
• Tableaux de chasse, Ecomusée des Monts du Forez à Usson en Forez (42).

2010 :

• Exposition personnelle au Domaine du Ciran à Menestreau en Vilette (45).
• Exposition personnelle au Cercle Munster, Luxembourg.
Galerie Entre Sable et Bruyère à Châteuneuf s/ Loire (45).
Evasions équestres au Polo de Paris.
34ème Salon National des Artistes Animaliers, Bry s/ Marne (94).

De 2003 à 2009 :

Galerie Paris Art et Antiques à Oslo, Norvège.
7ème Biennale d’Art Animalier, St Pierre–lès–Nemours (77).
Horse Fair International, Dubai (EAU).
Horse Art à Athènes, Grèce.
Siège social des Haras Nationaux à Paris.
Salon du Dessin et de la Peinture à l’eau au Grand Palais à Paris.
Musée Aquarium de Nancy (54).
• Exposition personnelle, galerie L’Arche de Noé à Nançay (18).
Salon d’Art Nature et Animaux à Paris.
Galerie de Tourgéville (14).
1er Salon d’Art Equestre à Paris.

Prix et distinctions :

Prix d’excellence du jury, 52ème exposition de la Society of Animal Artists (USA).
Prix du Portfolio, 2ème et 5ème prix de dessin décernés par Ex Arte Equinus (GB).
Prix de la presse du 6ème Salon d’Art Nature et Animaux.
Associate member de la Society of Feline Artists (GB).
Signature member de Artists for Conservation (Canada).
• Membre de la Society of Equestrian Artists (GB).
Signature member de la Society of Animal Artists (USA).
Académicienne Associée de l’Académie des Beaux Arts de Saint Louis (Polynésie Française).

Médias :

• Magazine « Essence » et Mayfair Magazine, 2013.
• Reportage vidéo sur Cavadeos.com, 2011.
• Emission de radio « Circulez, y’a tout à voir » sur Méga FM, 2010.
Chronicle of the horse, 2009.
Art animalier, éd. Abbate – Piolé, 2008.
• Magazine « Vos chiens » n°160, 2008.
• Magazine « Cavalière », 2007
Le livre des artistes contemporains, éd. La Gazette des Arts, 2007.
• Magazine « Equus – Les chevaux » n° 62, 2005.
• Reportage pour l’émission Artcheval sur la chaîne Equidia, 2003.

© 2014 Corinne Dupeyrat

Nathalie de Kaniv - Auteur

Biographie de l’auteur : Nathalie de Kaniv, ancienne élève de l’Institut d’Études Politiques de Paris et auditrice de l’IHEDN, spécialiste des relations culturelles et artistiques en Europe, a consacré une partie de ses recherches à la vie intellectuelle en Europe centrale et orientale et en Russie au début du 20ème siècle. Elle était lauréate du Prix d’excellence Eiffel (MAE) pour les recherches consacrée à l’histoire de l’idée européenne au sein de l’intelligentsia russe et ukrainienne du 20ème siècle. Invitée par le Collège européen de Strasbourg, Nathalie de Kaniv continue à travailler dans le domaine des réminiscences européennes dans le domaine de la littérature et de l’art. Elle publie plusieurs articles sur ce thème dans les revues scientifiques en Europe centrale et orientale.
En mars 2017, son premier roman « L’Aquarelle. Une maison anglaise en Ukraine » évoque les relations culturelles entre l’Europe et l’Ukraine à travers des liens familiaux porteurs de la culture européenne et dans une période des répressions du régime totalitaire. C’est aussi un roman de transmission car le thème de la filiation, des liens familiaux et la recherche des origines sont au cœur de ce texte.

L’aquarelle

L’aquarelle est un roman de Nathalie de Kaniv, disponible au format Kindle ou papier sur le site d’Amazon : www.amazon.fr, ICI

© 2017 Nathalie de Kaniv

Karen Trevisani - Sculpteur

D’origine colombienne, Karen Trevisani est sculpteur. Après avoir vécu à Chicago et New York, elle est installée à Paris depuis 2000.

Designer graphique de formation, elle a d’abord exercé son métier dans le secteur de la publicité pour ensuite se consacrer exclusivement à la sculpture abstraite.

Son oeuvre reflète sa fascination pour la matière brute, la dualité mobile/immobile et l’interaction entre ombre et lumière, formes et couleurs.

Expositions majeures :

Les artistes français à Londres
du 13 au 18 janvier 2014
5th Base Gallery
23 Heneage street, LONDON E1 5L3

Art en Capital « Comparaisons 2013 »
du 4 décembre au 8 décembre 2013
Grand Palais Paris 8ème France

Salon de Réalités Nouvelles 2013
du 22 a 29 septembre 2013
Parc Floral de Paris – France

Art en Capital « Comparaisons 2012 »
du 28 novembre au 2 décembre 2012
Grand Palais Paris 8ème France

Novembre 2011
Art en Capital « Comparaisons 2011 »
Grand Palais Paris 8ème France

© 2014 Karen Trevisani

Jean-Paul Lozouet - Photographe

Dans les années 90, Jean-Paul Lozouet rencontre une personnalité décisive en le photographe Michel-Angelo Durazzo, photographe de plateau de Fellini qui sans aucun doute le met sur la voie de la photographie de spectacle. Dès 1991, Jean-Paul Lozouet réalise ses premières photos de théâtre au Théâtre de l’Athénée – Louis-Jouvet ; puis il réalise plusieurs travaux pour Jorge Lavelli au Théâtre de la Colline. En 1999 il rencontre le Teatro Malandro pour lequel il photographie tous les spectacles à commencer par Noces de Sang. A partir de 2001, il se consacre exclusivement aux photos de spectacles en collaborant régulièrement tant avec le Théâtre de la Ville qu’avec les éditions de l’Avant-scène théâtre.

Interview :

Par Axelle Emden

“La photographie de spectacle est magique. Lorsque vous pénétrez dans un théâtre, vous savez déjà qu’il va se passer quelque chose : l’auteur l’a écrit”, confie le photographe. C’est vrai, l’auteur l’a voulu, le voudrait. “Le” destin du texte, le destin de nous. Et ce qu’on attend, de l’autre côté de la scène, c’est qu’il se passe quelque chose, devant nous mais surtout en nous, et secrètement sans doute, on attendrait bien la grâce à chaque fois. Elle n’est pas toujours au rendez-vous pourtant mais à chaque fois qu’elle surgit, on sait pourquoi on est venu. On sait pourquoi on fait le chemin, certains se rappellent pourquoi ils sont comédiens, d’autres se souviennent pourquoi ils sont journalistes… On sait pourquoi… “on est là”. “Là” dans la salle, ou “là” sur Terre, “là” en vie ?

C’est un peu cette histoire, cette évidence et cette question, que semble vouloir rappeler le photographe. C’est un peu cette échappée belle, palpable dans une salle mais jamais vraiment dicible, jamais totalement immortalisée ailleurs que dans le souvenir d’une image mêlée à un ressenti, c’est un peu cette folie, que semble raconter Jean-Paul Lozouet qui, en bon photographe, s’efface totalement pour laisser place au mouvement.

Ce n’est pas un hasard si un photographe se penche sur le mouvement par excellence, celui du spectacle, qui évidemment rejoue la vie des gens, les drames et les leurres, les rires et les amours. Pour Jean-Paul Lozouet, la rencontre décisive fut celle qui le mit sur le chemin de Michel-Angelo Durazzo, photographe de plateau de Fellini qui sans aucun doute le met sur la voie de la photo de spectacle. Dès 1991, il réalise ses premières photos du genre au Théâtre de l’Athénée – Louis-Jouvet. Rapidement ses images sont reproduites dans la presse nationale, diffusées par les agences Sygma, Stills, Specto, Maxppp puis Cit’en scene aujourd’hui. Un hasard ? On ne le croit pas.

Au théâtre national de la Colline, ses portraits de Jorge Lavelli sont appréciés; au Théâtre de la Ville il est l’auteur de plusieurs affiches (“Les bacchantes”, “Dans la solitude des champs de coton”, “Paradise”, “Catherine Barker”…). A l’Odéon, des photos du programme de “La mort de Danton”, à la Comédie Française, celles de “Pedro et le commandeur”… Depuis 2004,

Lozouet collabore régulièrement avec les éditions de L’avant-scène théâtre, la référence française en matière de texte de théâtre contemporain. Pourquoi lui ? La chance ? Le talent ? Un peu des deux sans doute, comme dans toutes les histoires, toutes les carrières. Mais autre chose aussi, surtout.

Car le regard qui se pose quotidiennement sur des travaux de photographes, et tout aussi quotidiennement sur les scènes vivantes, reconnaît instantanément l’évidence des clichés de Lozouet : il capte le moment du frisson, le mouvement qu’on aurait envie de dire parfait, le cadre esthétique certes, mais aussi l’émotion trop souvent perdue dès qu’elle est photographiée quand elle a lieu sur scène.

“Après 18 années d’un travail assidu et devant l’importance de mes archives confie le photographe, ce sujet : les relations homme-femme s’est imposé. Il est universel et par goût, me tient à cœur. Il m’aide sans doute à comprendre certains mystères de la vie. Le choix s’est concentré vers des scènes dont l’esthétisme est fort et je l’espère suffisant pour être considéré comme de l’art”, ajoute-t-il modestement, conscient pourtant de son talent à capter le moment juste.

Au-delà du simple pouvoir du cliché, Lozouet livre un regard intime et un brin engagé : n’est-ce donc que cela que nous venons voir au théâtre, l’amour et le bouleversement qu’il induit quand il se joue devant nous ? La rencontre racontée et soudain subite quand l’émotion pénètre le spectateur ?
Bourré de finesse et de simplicité, sa photographie à l’esthétisme évident “parle” aux amoureux de la danse, aux amoureux du théâtre, aux amoureux du spectacle… aux amoureux tout court ?

“La beauté des corps et/ou la puissance des émotions reproduites vous permettront peut-être de vous identifier, de réagir, de rêver… Après tout, qu’y a-t-il de plus intense, de plus beau que l’amour ?” Rien serions-nous tentés de lui répondre, sinon la vie, qui rend son avènement possible. Et les photos de Lozouet sont vivantes, lourdes des frissons rapportés, et bien moins faciles qu’il n’y paraît. La vie et son mouvement parviendraient-ils à transpercer cette pellicule ?

© 2014 Jean-Paul Lozouet

Emmanuelle Cosserat - Peintre

C’est d’abord un carambolage. Un choc de couleurs.

Il faut dire qu’elles ne refusent pas l’engagement : elles travaillent la toile au corps et assènent leurs coups à bout portant.

Elles jaillissent de toutes parts, s’enflent, s’érigent, s’insinuent dans les coins, refluent, se redéploient, prenant peu à peu possession de l’espace.

Ici, la moindre teinte est comme outrée. Les bleus, sûrs d´eux-mêmes, paraissent arrogants et provocateurs. Les rouges sont à vifs, toujours sujets à un coup de sang, tandis que les jaunes, en pleine incandescence, virent à l’orange et finissent par éclater comme des grenades trop mûres.

Nulle violence, cependant, dans ces déflagrations de couleurs. Au contraire : on croit discerner un air de salsa dans ce carnaval de nuances et comme un souvenir devant ces feux d’artifice de coloris.

Celui de la joie qui s’empare de l’Amérique Latine à la tombée de la nuit lorsque, saturé de chaleur et de soleil, tout un peuple s’écoule dans les rues pour rire et danser.

Chez Emmanuelle Cosserat, il y a aussi, omniprésente, la figure de la femme. Si les hommes ne sont ici que des pantins désarticulés, les mères, les épouses, les amantes apportent un peu de cette grâce et de cette humanité sans lesquelles il n’y a pas d’œuvre d’art. La série des femmes bleues, à l’évidence inspirée de Matisse, nous montre des mères plongées dans la méditation, en attitude de repli ou de prière, et des amantes pleines d’assurance, impérieuses et cambrées par le désir. Le tendre ovale de leurs visages est là pour nous rappeler que c´est par la stylisation, et par la recherche du réalisme, que l’on parvient à décrire le réel. Emmanuelle Cosserat n’est pas dans l’abstraction : elle est dans le réel.

Par Jean-René Van Der Plaetsen – Journaliste LE FIGARO

Expositions majeures :

2013 : Réalisation du concept « Rencontre avec différents talents réunissant multiples créateurs, se rejoignant dans la Passion de la Création »

2012/2013 : Préparation et étude du projet artistique « Lumière Sur Artistes » mettant en avant des talents confirmés en Europe et aux États-Unis

2011 : Réalisation de peintures à la laque sur commande

2010/2013 : Réalisation de panneaux décoratifs sur commande

2010 : Participation à une exposition de photographies et de peintures –
Galerie BertinMiami

2009 : Organisation et exposition réunissant les photographies de J.P. Lozouet et les peintures d’E. Cosserat à l’agence Marcadet Event
Thème : « La Dualité, la Relation Homme-Femme »

2007/2008 : Décoration de bureaux
Réalisation de panneaux décoratifs
Réalisation de peintures à la laque

Mars 2006 : Organisation, exposition de peintures et de scultpures en présence du Jazzman Joachim ExpertLyon
Thème : « A nos ancêtres »

Novembre 2005 : Exposition et ventes aux enchères par Cornette

Octobre 2005 : Exposition de peintures pour une Association d’Artistes – Londres

Juin/Août 2005 : Exposition de peintures chez Abroads & Associés – Paris 8ème

Avril/Mai 2005 : Exposition de peintures chez Quartus – Paris 8ème

Novembre 2004 : Grande exposition de peintures – Atelier Richelieu Drouot – Paris 2ème –
3 Thèmes : « Nos Ancêtres », « Femmes d’Or et d’Argent »,
« L’Homme qui aimait les Femmes »

Mars 2004 : Décoration de bureaux pour une Agence de Communication
Travail basé essentiellement sur la couleur et l’ambiance

Juin 2003 : Grande exposition de peintures – Elysée Biarritz – Paris 8ème –
Thème : « La Croisée des Chemins » (80 tableaux, peintures et dessins)

Sept/Déc 2003 : Exposition et préparation du Thème : « Vers la Découverte de sa Croix »

Oct/Nov 2002 : Exposition au Marché d’Art Contemporain de Bastille – Paris 11ème

Décembre 2001 : Inauguration du restaurant Lina’s – Boulogne (92)
Thème : « Les Femmes Bleues »

Novembre 2001 : Grande Exposition de Peintures – Espace Rigpa – Levallois (92)
Thème : « Vers la Plénitude » (80 tableaux)

Octobre 2001 : La Cité de la RéussiteLa Sorbonne – Paris 5
Forum des Débats Culturels, Economiques et Politiques

Mars 2001 : « Chez Camille » – Restaurant – Décoration – Paris 9ème
Thème : « Nuit bleue »

Avril 2000 : Espace Rigpa – Levallois (92)
Thème : « La Femme et l’Enfant » (100 tableaux)

Mars 2000 : Vente de tableaux à l’Étude Francis Briest, Commissaire Priseur – Paris 9ème

Décembre 1999 : Décoration de la boutique J.Preston
Thème : « Les Couleurs de John Preston »

Novembre 1999 : Cité de la réussite – Marseille – Euroméditérannée

Avril 1999 : Cafétal – Paris 4ème
Thème : « Le Temps » (70 tableaux)

Mars 1999 : Salon du Printemps – Seine et Marne

Juin 1998 : Centre Cultura Amérique Latine – Paris 4ème
Thème : « Impressions » (60 tableaux)

Mars 1998 : Salon du Printemps – Coulommier
Octobre 1997 Marché d’Art Contemporain – Paris (Bastille)

Septembre 1997 : Marché d’Art Comtemporain – Arche de la Défense
Juin 1997 : Centre Cultura Amérique Latine – Paris 4ème
Thème : « La Femme » (70 tableaux)

Novembre 1996 : Galerie Art Present – Paris 3ème
Thème : « Café Colombie »
Avril 1996 : Salon d’Hiver – Galerie de Nesles – Paris 6ème

Décembre 1995 : Backstage – Société de Multimédia – Paris 10ème
Thème : « L’éspérance » (80 tableaux)

Juin 1995 : Prod 1.3.3 – décor Peinture – Suresnes
Thèmes : « Passion » – « L’amour »

Novembre 1994 : Centre Altura Amerique Latine – Paris 4ème
Thème : « Viva El Color » (60 tableaux)

Octobre 1993 : Piaf – Paris – Passion (paris – Montréal – Tokyo)
Thème : « Edith Piaf »

Mars 1993 : Atelier Vanneau – Rue Vanneau – Paris 7ème
Thème : « Masque Africain – Art Océanien »

Novembre 1992 : Association d’Artistes – Rue Quincampoix – Paris 1er

Octobre 1992 : Hôtel des ventes de Paris Drouot – Paris 12ème
SCP¨Chambelland-Giaferri – Veyrac

Septembre 1992 : Exposition personnelle – Paris 17ème
Première exposition peinture, première vente

© 2014 Emmanuelle Cosserat

LUX - Musiciens

Une rencontre inattendue entre l’éminent guitariste de blues/rock Sylvain Laforge et Angela Randall de New York en 2009, a conduit à la formation de LUX, un groupe qui fait leur propre sorte de folk alternatif électrifié.
Après avoir joué dans les gros festivals et les plus grandes salles avec les Rita Mitsouko, LUX est un projet plus personnel pour ce guitariste français de renom. Fervent partisan de la pureté et tradition du blues, une alchimie immédiate s’est crée entre ses propres compositions et les élégantes paroles de cette américaine. Peu après leur rencontre, ils se sont mis à écrire des chansons et tourner ensemble en duo acoustique.
Imaginez Nathalie Merchant se trouvant par hasard à la Villa Nellcote avec les Stones enregistrant Exile on Main Street. Là vous aurez le parfum de ce qu’ils font avec l’allure séduisante d’une guitare incisive et le lyrisme des textes.
Partant de l’idée que toute chanson devrait fonctionner simplement avec une guitare et une voix, les paroles en anglais de LUX se lient avec cette même tradition esthétique.
Leur premier EP de 5 titres enregistré avec Peter Deimel au Studio Black Box nous montre un son plus rock. Franck Ballier est à la batterie et Julien Boisseau à la basse pour ces 5 titres live. Les chansons de LUX prennent une nouvelle forme et le tout est très prometteur pour les nouvelles chansons et les concerts à venir.

Single from the forthcoming EP from the group LUX.
« No new love yet please »
©Sylvain Laforge/Angela Randall 2014
ISRC: FR-1A9-14-00238
Directed by Jehsong Baak

DP: Nicolas Boisseau
Editor: Vincent Laurin
www.lux-theband.com
www.facebook.com/luxtheband
Filmed at Le China and in and around the streets of Paris, France

Concert à venir :

2014

14 Juin 2014
Festival La Chapelle 70′s
La Chapelle St Luc, France

21 Septembre 2014
La Voie est Libre
Montreuil

Concerts passés :

2014

27 Mars – PARIS
Le Cavern – 21 rue Dauphine 75006 Paris

4 Avril – POISSY
Batignolles – 29 rue du Général de Gaulle 78300 Poissy

____________________________________
2013

29 Novembre – PARIS
Le Cavern – 21 rue Dauphine, Paris 75006

Le China, Paris 19 November 2009
L’Îlicite, Paris 24 November 2009
O.P.A. Paris 15 January 2010
Le China, Paris 9 February 2010
Les Disquaires, Paris 23 March 2010
Pitchtime (Dourdon, France) 24 April 2010
Le China, Paris 13 July 2010
Le Cavern, Paris 9 September 2010
Les Disquaires, Paris 2 October 2010
Le Pitchtime (Dourdan) 20 November 2010
Le Cavern, Paris 5 March 2011
Le Café de La Cigale, Paris 1 June 2011
Le Cavern, Paris 8 October 2011

Le Soleil, Paris 14 October 2011
Le China, Paris 9 November 2011
Le Soleil, Paris 13 July 2012
Ile d’Yeu – tour August 2012
Le Soleil, Paris 4 Novembre 2012
Le Soleil, Paris 9 December 2012
Batignolles (Poissy) 18 January 2013
Ile d’Yeu mini tour August 2013
Le China, Paris 17 September 2013
Batignolles (Poissy) 4 October 2013

© 2014 LUX & Jehsong Baak

Thibaud Mullier - Auteur

Biographie de l’auteur :
J’ai eu envie de créer dès l’âge de treize ans. N’aimant pas les études, j’avais sans doute besoin de sentir qu’une autre vie était possible. La journée, en classe, je manie l’autodérision pour rendre les journées plus légères. Le soir, à la maison, j’écris et je danse. L’envie d’entreprendre me prend pendant mes études de droit. Elle se matérialise avec l’écriture d’un livre destiné aux automobilistes, puis avec l’invention d’un classeur pour talons de chéquier. Je crée ma première société trois ans après avoir terminé mon Master dédié à l’entrepreneuriat. Aéroports de Paris m’appelle pour mettre en place un service de vente de fleurs sur chariots mobiles, thèse de mon troisième cycle. Deux ans plus tard, je rencontre un producteur de spectacles. J’ai quinze jours pour lui envoyer un texte de dix minutes. A la clé, des premières parties sur de petites scènes parisiennes. Mon texte le fait tellement rire qu’il ose me comparer à Jamel. Mes performances sur scènes sont moins réussies. Résultat, une dizaine d’apparitions et un souvenir mitigé. Après diverses expériences je rejoins une société de presse pour monter le département Internet. La finance et le droit m’ennuient. En parallèle j’ouvre donc une école de danse pour apprendre les chorégraphies de Michaël Jackson. Mais le PDG l’apprenant, je ferme la société dans la hâte, négocie mon départ et me mets l’écriture d’un roman. Quelques mois plus tard, le mari d’une de mes amies me propose de venir écrire dans la maison qu’il n’occupe que trois mois par an. En échange j’ouvre le courrier et réceptionne les livraisons. Puis il me demande de plus en plus de services, ses amis de passage à Paris aussi. Après dix huit mois, je mets le point final à mon livre. Et pour la première fois depuis bien longtemps je me sens fier. Six mois plus tard, quatre vint dix pour cent des maisons auxquelles j’avais envoyé mon manuscrit m’ont répondu négativement. Mais je n’éprouve aucune déception, aucune amertume. Car j’ai rempli mon objectif. Ma montagne je l’ai gravie. Pour capitaliser sur les dernières expériences qui m’ont plu, je décide de monter une société de conciergerie – A Man In Paris – que je dirige toujours aujourd’hui.

Thibaud Mullier

Corps & Âmes

a tête lourde, les yeux mi-clos, un patient se réveille intubé à l’hôpital. Lorsque le réanimateur évoque l’accident qui l’a conduit au CHU en l’appelant mademoiselle, il se croit dans un mauvais rêve. Non seulement il n’a aucun souvenir de l’accident, mais plus grave, il a l’impression d’être un homme.
Un roman policier haletant qui emmène lecteur et narrateur à la recherche de la vérité entre Paris et New York.

Corps & Ame est un roman de Thibaud Mullier, disponible au format Kindle sur le site d’Amazon : www.amazon.fr

© 2014 Thibaud Mullier

Nous Contacter

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Votre téléphone (facultatif)

Sujet

Votre message

contact-icon-2

Vous êtes Artiste, Créateur ? Et vous désirez rejoindre notre communauté de talents… Ou pour toute autre question : Écrivez-nous à
contact@lumieresurartistes.com

ou utilisez le formulaire ci-contre pour toutes vos questions sur Lumière sur Artistes.

Toutes les informations relatives à nos prochains événements seront diffusées sur la page Blog de notre site.